Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Orichalque, un roman de Peter Dussoni.

Chapitre 21 : Un véritable guerrier.

Chapitre 21 : Un véritable guerrier.

             Ce n’était pas la pleine lune, mais le ciel dégagé permettait néanmoins de voir où l’on mettait les pieds et, de toute façon, pour Jade, cela n’avait plus aucune importance. Qu’il fasse clair ou sombre, elle y voyait pratiquement comme en plein jour.

— Vous venez vous baigner ? lança Jalen à quelques mètres du bord de la petite crique où ils avaient l’habitude de se rejoindre. L’eau commence à être bonne, vous savez ? commenta-t-il avec un sourire, avant de se figer, observant le regard en colère de celle qui lui faisait face, campée sur les roches à fleur d’eau.

            Jade prit une profonde inspiration et lança :

— Cela fait des mois que j’essaye de vous faire comprendre quelque chose ! Mais vous ne comprenez pas ou vous ne voulez pas comprendre !

Elle se déshabilla en vitesse et jeta ses habits en boule sur le sol.

 — Et là, vous comprenez ? Ou bien vous êtes aveugle ? Que je sois claire ! Je ne suis pas Orlane, ce n'est pas pour une fois, moi ! J’en veux pleins, de fois ! Et je ne veux pas de quelqu’un qui va voir ailleurs. Moi, je n’irai pas voir ailleurs !

            Alors, si je vous conviens, si vous êtes d’accord, dites-moi quelque chose ! Au lieu de toujours être si distant !

— Vous ne voulez vraiment pas vous baigner ? demanda-t-il sincèrement, toujours dans l’eau.

            " Il se fiche de moi, c’est pas possible… " songeât-elle.

— Attendez-moi ! fit-elle en plongeant et en nageant pour le rejoindre, avant de réussir à crocheter ses jambes autour de sa taille. Dites, vous allez me répondre, ajouta-t-elle. Non parce que j’en ai marre de… Mais… Non, je ne vous permets pas ! Attendez ! Jalen, Jalen … murmura-t-elle d’une voix devenue de velours, mais c’est très impoli ça … Je ne me rappelle pas vous avoir permis d'essayer d’entrer… Si ?

Elle réprima le cri qui lui montait dans la gorge en se mordant violemment les lèvres. Saleté de dents, pensa-t-elle avant de sentir son corps exploser.

 — Ce n’est pas du jeu… fit-elle en chuchotant à nouveau, nouant ses bras autour de son cou.

            Cela faisait plus de dix ans que Jade faisait taire son corps, depuis qu’elle était sortie de sa stase, en fait. Il était comme un petit tas de bois mort, tout sec, presque desséché. Elle l'en avait presque oublié. Quelqu’un venait de craquer une allumette et tout son corps se rappela à elle en hurlant. Submergée par des sensations qu’elle ne connaissait pas, serrant celui qu’elle considérait déjà comme son homme dans ses bras, et qui était en train de lui faire perdre la raison, elle refusa de se mordre une nouvelle fois les lèvres, trouvant infiniment plus pratique de le mordre violemment à l’épaule. Après tout, si elle avait envie de crier, c’était bien de sa faute !

 

             C'était presque l'aube quand elle rejoignit ses compagnes. Elles étaient encore sur leurs couvertures et la voix d'Orlane chuchota :

— Viens Jade.

— Je…Enfin, je voulais vous dire que…

— On sait. On est heureuse pour toi ma chérie. Ça ne pouvait plus continuer comme ça. Tu as bien fait. Viens, on te dit. C'était Lournn-Go'Ha, cette fois-ci.

            De toute façon rassurée par ce qu'elle ressentait, émanant de ses deux amies, Jade avança avant d'être happée et tirée sur les couvertures, Orlane et Lourna se lovant contre elle. Deux museaux se blottirent au creux de son cou, ce qui était plutôt rare. Au bout de quelques secondes, Orlane chuchota :

— Câlin…

— Câlin, murmura Jade en réponse, rassurée.

 

             Le jour était levé depuis environ une heure et demi, quand Lournn-Go'Ha murmura, ennuyée.

— Oh comme je n'aime pas ça…

— Mmmh ? demanda Jade.

— Voilà pourquoi je ne reste jamais très longtemps au même endroit. Ils sont plusieurs, au moins une dizaine…

— Qui ? s'enquit Jade.

— Des villageois, des pêcheurs, sans doute, qui auront vu plusieurs fois du feu… Et que les quelques disparitions causées par Orlane auront rendu assez courageux pour venir, de jour, éradiquer une menace. C'est de ma faute, on aurait dû bouger bien avant, même de trente ou quarante kilomètres, mais on aurait dû bouger.

Son regard était devenu améthyste.

 — On ne va vas avoir le choix.

— Comment ça, pas le choix ?

— On va devoir se défendre, indiqua Orlane.

— Mais enfin, on ne peut pas les tuer comme ça, s'indigna Jade. Se défendre… C'est du massacre, oui…

— On te connaît, Jade, on te connaît par cœur… Vas-y. On te laisse y aller. Fais de ton mieux, ma chérie.

— Mais tu veux que je fasse quoi ?

— Je ne sais pas… Ça n'est pas arrivé souvent. Ça a toujours fini dans un bain de sang. Essaye de faire en sorte que cela se passe autrement, si tu peux l'éviter. On ne bouge pas. Tu connais Orlane. Ne te fais pas blesser, ou je ne réponds plus de rien la concernant…

— Mais enfin… Bon, je vais voir, ils ne vont pas frapper une femme quand même…

            Ils étaient onze, armés de fourches, de torches et d'un arc. Jade s'avança vers eux en évitant de sourire.

— Bien le bonjour, commença-t-elle. Heu, je suis avec deux amies… Vous voulez quelque chose ?

— Sorcière, commençant l'un d'eux.

— Sorcière, enchaina un autre.

— Catins ! Sorcières ! Démons ! Vengeance !murmura le petit groupe pour se donner du courage en avançant vers Jade, désarmée.

— Mais je ne veux pas… Enfin, je n'ai même pas d'arme, fit-elle en levant les mains.

            L'un deux lui jeta sa torche, qu'elle évita facilement. Un autre banda son arc et décocha une flèche. Depuis qu'elle avait été mordue, Jade n'avait jamais eu à se battre, mais son corps bougea tout seul. Elle observa la flèche arriver sur elle comme au ralenti et la saisit de sa main droite, sans réfléchir.

— Heu, fit-elle, restant bête.

— Démons, démons, vous avez vu ! Tuez-la, brulez-la !

            Jade commença à reculer doucement, mais les onze pêcheurs se jetèrent sur elle, enhardis par leur nombre. Orlane sembla se matérialiser derrière elle, mais n'eut pas le temps d'entrer en lice, Jalen semblant surgir de nulle part, s'en prenant au groupe, ne leur laissant aucun temps de réaction. Jade avait déjà vu Orlane se battre. Elle griffait et arrachait des membres. Mais Jalen était, lui, un véritable guerrier… Modifié, amélioré, entrainé depuis des décennies.

            D'un coup de la paume de sa main il envoya valser l'un des pêcheurs à plus de dix mètres, le thorax complètement défoncé. Il se campa ensuite sur un pied, l'autre semblant s'envoler pour venir s'écraser latéralement sur le bras de l'un des autres agresseurs, envoyant le corps démembré par la violence de l'impact valser comme une poupée de chiffon. Il fit ensuite subir le même sort à une autre de ses victimes. Un coup de coude, latéral lui aussi, effaça encore un adversaire.

            Le tout fut exécuté en moins de six battements de cœur. Il se déplaçait comme un tigre, ses membres semblant voler autour de lui, frappant indifféremment du poing, du tranchant de la main, des pieds ou des genoux, un cri sauvage ponctuant chacun de ses mouvements. Orlane trouva là une magnifique occasion de ne pas intervenir. Très vite, il ne resta plus qu'un seul villageois, qui tenta de s'enfuir.

            Jalen jeta un coup d'œil interrogateur à Orlane, qui fit un pas en avant, ses yeux devenant de pure émeraude, avant que le pêcheur ne semble devenir fou et ne se jette à la mer, se noyant, succombant à la panique. Ses yeux redevenus gris, elle passa à côté de Jade et lui murmura :

— Tu as essayé. Si Jalen n'était pas intervenu, je l'aurais fait moi. Il les a tués proprement. Je n'aurais pas été aussi douce… Je vous laisse. Tourne sept fois ta langue dans ta bouche avant de faire une erreur, ma sœur, conclut-elle avant de redescendre sous l'à-pic rocheux, songeuse, après avoir vu la démonstration de force de Jalen.

            Jade s'approcha doucement de son homme, en proie à des sentiments contradictoires, analysant ce qu'Orlane venait de lui dire. Elle tourna effectivement sept fois sa langue dans sa bouche, avant de déclarer :

— Il n'y avait pas le choix, hein ?

            Jalen lui répondit d'un mouvement de tête. Elle l'attrapa par la taille et murmura :

— Orlane peut être horrible. Je déteste la voir faire ça. J'en ai le cœur brisé à chaque fois. Je suis contente qu'elle n'ait pas eu à le faire.

 Il se passa quelques secondes avant qu'elle ne déclare à nouveau :

 — Ils voulaient me faire du mal, merci d'être venu.

            Il la prit dans ses bras pour toutes réponses.

— Je crois bien que je t'aime… conclut-elle avant de demander : Tu viens ?

— Et bien…

— Oui, il vient, fit entendre Lournn-Go'Ha.

            Avant d'être mordue, Jade avait plusieurs fois reçu la consigne de crier en cas de danger, même si elle se pensait hors de portée de voix. Elle ne comprit pourquoi que bien plus tard, capable à présent d'entendre le moindre bruit avec une terrible acuité. Lournn-Go'Ha s'était contentée de parler simplement, mais elle l'avait entendue comme si elle avait été à côté d'eux.

            Ils s'étaient retrouvés tous les quatre en cercle autour d'une pierre plate servant de table. En prévision de leur départ, ils s'étaient attablés plus tôt que prévu.

— Lourna veut faire un point rapide, expliqua Orlane, reposant son bol vide.

— Oui, confirma l'intéressée. On va bouger, Jalen. Vous m'avez dit ignorer nos desseins ?

— Ce n'est plus le cas, hésita-t-il, toutes ces nuits avec Jade… On a beaucoup parlé, vous comprenez.

— Elle a très bien fait. Vous êtes un serviteur, Jalen. Et vous servez une personne que vous ne verrez jamais plus. C'est bien ça ?

— Oui, c'est ça, fit-il en glissant un regard légèrement ennuyé sur Jade.

— Ce n'est pas péjoratif et je ne suis pas cette personne, Jalen. Et Jade ne sera jamais la Mielle que vous avez connue. Pensez-vous avoir gagné au change, concernant cette dernière ? sourit-elle.

— …

— Vous ne voulez pas répondre ?

— Lournn-Go'Ha, je suis là, je te signale, rougit Jade. Ça ne se pose pas ce genre de question.

— Oh que si… Jalen ?

— Oui, évidemment… Cela fait des mois que je suis… Enfin… Elle est adorable ! Tout simplement adorable… Je ne pourrais plus me passer d'elle ! Voilà, je vous l'ai dit ?

            Jade regarda ses genoux en rougissant violemment mais ses deux sœurs semblèrent apprécier la réponse à sa juste mesure.

— J'ai une dernière question à vous poser, Jalen, elle concerne Solange. On vous a envoyé la récupérer. Je l'aimais bien, mais pas à ce point-là tout de même…

— Oui, fit Jalen en hochant la tête. Celles qui ont commandité cela ont passé deux ans de plus que vous avec elle. D'où cet attachement, surtout de la part de Mielle, qui semblait l'adorer positivement. Dans leur passé, Solange est bien morte. Elles ont donc toujours ce sentiment de perte dramatique, mais maintenant votre Solange est en leur compagnie, et croyez-moi, va être choyée toute sa vie…

            Elles lui ont d'ailleurs fait un dernier cadeau, que je suis allé chercher moi-même : ses parents, qui étaient en stase quand je suis parti vous rejoindre, cette deuxième fois. Et elles lui ont demandé de faire un choix.

— Ha ? Lequel ?

— Solange est devenue comme moi. Modifiée et recouverte de runes. Si vous voulez savoir si un cadeau a fait plaisir à quelqu'un, voyez si cette personne choisit d'accorder le même à un ou des êtres chers. Elle a eu le choix entre les modifier, comme elle, comme moi, ou bien les laisser vieillir tranquillement. Dans les deux cas, ils pouvaient rester auprès d'elle. Vous pouvez deviner sans peine ce qu'elle a choisi : Mielle doit être en train de les opérer…

— Je vois. Donc, en fait, si je modifie un passé, je n'altère pas vraiment le mien ?

— Vous avez tout compris, Lourna, c'est exactement ça. Dans leur passé, Solange est bien morte.

— Bien bien… Bon, allez, on plie nos affaires et on part d'ici pour quelques années…

— Je voudrais vous dire quelque chose qui, je le pense, est important, mais je le ferai en chemin, déclara Jade. On a tout notre temps, je le crains, conclut-elle en souriant.

 

 

      Bonjour. Voilà, nous allons bientôt faire un bond dans le futur et quitter le Moyen-âge. Un nouveau personnage va faire son apparition : May.

      Si ce chapitre vous a plu (ouf ^^), et que vous avez atterri ici par hasard, vous pouvez jeter un petit coup d'oeil au Prologue.

      L'image provient, de...De...De Pixabay! Bravo :p

      Quand j'ai créé ce blog, je ne pensais pas que tout irait si vite. J'étais en train de le peaufiner autant que faire ce peut, ne pensant pas alerter les amis et collègues avant au moins une bonne semaine. Et là, alors que j'étais en train de choisir une image pour le blog, n'ayant publié que le prologue, un com est tombé... : "En attendant la suite, avec impatience."

C'était signé Nwar.

        Panique à bord ^^... Quelqu'un était tombé sur ce blog à sa création, sans que j'ai eu le temps de faire de la pub. Du coup ça a tout précipité. J'ai envoyé des mails au plus grand nombre et j'ai publié le chapitre 1 dans la foulée. Je ne pouvais malheureusement pas cliquer sur le pseudo de celui qui avait laissé ce com très encourageant pour moi.

       Mais, très récemment, en tapant Nwar+Overblog sur la toile, je suis bien tombé sur un blog. Est-ce la même personne ? Je ne sais pas. Le blog ne semble plus être tenu à jour.

       Néanmoins, les deux textes déjà publiés m'ont plu. Et pour cette raison, je vous mets un lien vers Solaris.

Bonnes lectures à toutes et à tous, et encore merci.

                                  Peter.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

TiphaineLUE 14/03/2017 18:45

Salut salut ! J'aime bien ce chapitre, comme toujours, et les villageois m'ont fait marrer je sais pas pourquoi. Ils répétaient toujours la même chose pi du coup je les imaginais en mode zombie. Bwah.

Peter Dussoni 14/03/2017 20:15

Bonjour Tiphaine.
Des zombies, vous exagérez :p
Ils se donnent du courage, avant de passer à l'attaque ^^
(Bon, et ils avaient raison, de se donner du courage, à priori ^^)
tant mieux si ce chapitre vous a plu.
Bonne soirée :)

Maëlle B. F. 11/03/2017 19:33

Contente que tu l'aies publié ce wk :) J'aime beaucoup Jalen pour l'instant surtout que sa position n'est pas très facile. Beaucoup aimé la description du combat.

Peter Dussoni 11/03/2017 20:29

L'histoire manquait d'homme. (Dixit ma femme). Jalen apporte une touche de masculinité dans ce monde de brut... Mmmh... Dans ce monde de femmes :p
Oui, la position de Jalen est très inconfortable, mais il trouvera sa place, sa vrai place. Il va se révéler absolument indispensable, et Lourna finira par en faire un véritable ami.
Tu es la raison de ma publication ce jour. Comme j’échangeais avec toi, je me suis dis, autant en profiter pour publier ^^
Et, et, j'ai tenu compte de ce que tu m'avais dis... J'ai remplacé des "je suis pas" par " Je ne suis pas"... Bon, ça ne se voit pas, mais je l'ai fait quand même :p
Je suis content que tu es apprécié le combat. je n'ai pas l'impression que ce soit ma tasse de thé à décrire, alors je suis content si tu as trouvé bien.
Merci encore pour tout, ça me permet d'avancer en ayant des retours.
Bonne soirée :)