Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Orichalque, un roman de Peter Dussoni.

Chapitre 22 : May.

Chapitre 22 : May.

             L'idylle entre Jade et Jalen ne dura en définitive que quelques années. Au bout d'un certain temps, Jade s'aperçut qu'elle se comportait comme Mielle. Trouvant trop douloureux de se passer de ses deux sœurs toutes les nuits, elle vécut un véritable cauchemar. Prendre une tisane avec Orlane devenait compliqué et pour elle, ce petit rituel de rien du tout avait une importance démente. Inconsciemment, elle se mit à le voir l'après-midi, ou en fin de matinée, comme le faisait Mielle.

— Je suis maudite, c'est ça ? avait-elle demandé à Lournn-Go'Ha, ravagée par la douleur, ne sachant plus du tout quoi faire. Je le fais souffrir, je ne voulais pas devenir ce monstre que je suis dans le futur. Et pourtant, je refais les mêmes erreurs !

— Tu n'es pas Mielle, Jade. Mielle s'est servie de lui trois-cents ans, ma chérie. Toi, au bout de trois, tu réalises que ça ne colle pas. Il y a une sacrée différence, non ?

— Je ne suis pas comme vous, Lournn-Go'Ha, je veux un homme, moi. C'est d'un homme dont j'ai besoin. Pourquoi est-ce que je passe mes nuits avec vous ? Je devrais être heureuse avec lui. Il est où mon problème ?

— Tu es droguée ma chérie. Ce qui passe entre nous est terriblement fort. Encore plus depuis ta transformation. Tu dois trouver une drogue plus forte, c'est tout. Tout le monde trouve chaussure à son pied. Ce n'est pas Jalen. C'est le premier homme sur qui tu as jeté ton dévolu. Il t'a fait du bien, énormément de bien. Mais vous ne vous aimez pas assez, ou plus certainement, tu ne l'aimes pas assez. Ça ne se commande pas, ça. Ça n'obéit à aucune règle. Il m'a fallu presque quatre-mille ans, pour trouver Orlane. Ne désespère pas. Mais tu as raison, tu le fais souffrir. Et il ne mérite certainement pas ça.

— Je fais quoi Lournn-Go'Ha ? J'ai un bloc de glace dans le ventre.

— Tu vis pour toi, ma chérie. Pas pour les autres. Si pour l'instant, ton corps et ton âme ne sont pas disponibles, garde-les pour toi. Rien ne t'empêchera de les offrir à nouveau dans le futur, à celui de ton choix.

            Orlane qui était restée silencieuse durant toute la discussion finit par conclure :

— C'est un homme en or, qui ne mérite pas que tu le tourmentes. Rends-lui sa liberté, Jade. Il finira bien par trouver son âme sœur. Et ce jour-là, même si c'est dur aujourd'hui, tu comprendras combien tu auras eu raison.

            S'en était ensuivi une très longue discussion entre les deux amants, qui s'était conclue par deux " je 't'aime " déchirant.

            C'est un jour après que Lournn-Go'Ha alla voir Jalen, lui parlant longuement durant toute une après-midi. Puis il était parti, Lourna lui ayant confié plusieurs missions qui prendraient des dizaines d'années à accomplir. Jade savait de quoi il retournait et elle comprit aussi que Lournn-Go'Ha avait attendu que tout soit fini entre eux deux pour lui demander ce sacrifice.

               Les années s'écoulèrent plus ou moins lentement, selon les périodes. Grâce à Jalen, elles prirent contact avec plusieurs gouvernements, juste après avoir permis la révolution industrielle vers les années 1 800 et dans la foulée, quelques dizaines d'années plus tard, offert les bases de la fée électricité.

            Dès qu'elles le purent, avec l'aide inestimable de Jalen et des fonds plus ou moins douteux, c'est-à-dire volés, elles mirent en place une très grosse exploitation minière en Afrique, ainsi qu'une autre entreprise, d'import-export cette fois, dont le siège était basé en France. Elles firent également l'acquisition, dans les années 1 910, d'une très grande propriété qu'elles firent entièrement rénover. Une fois en place, disposant à présent de fond en abondance et déviant des matières premières indispensables, les trois amies purent enfin se mettre au travail correctement. Jade réussit à dupliquer le générateur de son armure et disposant alors d'une énergie renouvelable quasiment infinie, elle s'attacha à préparer les éléments indispensables requis pour ses futures opérations biologiques. Elle recréa également le matériel nécessaire pour pouvoir graver des runes simples. Tout était prêt, elle attendait le feu vert de Lournn-Go'Ha qui s'intéressait de très près à un médecin désintéressé, qui œuvrait réellement par humanité.

            Mais, comme souvent, les choses ne se passèrent pas comme prévu. Jalen, alors en Irlande, demanda à Lourna s'il pouvait revenir en urgence. Il y avait beaucoup de tristesse dans sa voix. L'intéressée répondit naturellement par l'affirmative. " Je ne suis pas seul, " avait-il précisé. Deux jours plus tard, il se présentait à leur porte. Il tenait dans ses bras une femme rousse d'environ trente-cinq ans, déclarant :

 — Elle est en train de mourir.

Lournn-Go'Ha avait doucement pris le menton du jeune homme, pour plonger ses yeux gris dans les siens. Regard que Jalen lui avait rendu, avant de détourner une nouvelle fois les yeux. Puis, au bout de plusieurs secondes, elle avait finalement posé sa main sur le front de la femme.

 — Je ne peux rien faire, avait-elle constaté. Rentrez, Jalen.

            Ce fut une fois à l'intérieur, Jalen ayant déposé son précieux fardeau sur un lit, que Lournn-Go'Ha demanda d'une voix douce, mais ferme :

— Vous voulez bien m'expliquer ?

— J'étais de passage à Dingle. C'était la nuit, j'ai entendu crier… Je suis allé voir. C'est, comment dire… Une fille de joie. Elle était en train d'être passée à tabac. Elle hurlait, vous comprenez, fit-il les larmes aux yeux. Je… Je suis intervenu. Je sais que je n'aurais pas dû, mais vous auriez fait quoi vous à…

            Orlane venait de poser sa main sur son bras :

— Ne t'inquiète pas, tu as bien fait. Elle a quoi ?

— Je ne sais pas du tout. Son rythme cardiaque faiblit. Elle ne s'est pas réveillée depuis.

— Qu'attendez-vous de moi, Jalen ? demanda à nouveau Lournn-Go'Ha.

            Celui-ci prit sa respiration avant de la regarder dans les yeux.

— Je vous sers depuis toujours, Lourna. Mise à part Orlane, vous n'avez rien à me reprocher.

— Je n'ai absolument RIEN à vous reprocher, Jalen.

— Je fais de mon mieux, tout le temps.

— Vous faites tout à la perfection… Vous voulez que l'on sauve cette femme, c'est bien ça ?

— S'il vous plait, oui.

— Vous la connaissez ?

— Non.

— Vous êtes tombé amoureux ?

— Et bien, non…

— Jade, tu peux l'ausculter ? demanda Lournn-Go'Ha en tournant la tête vers la jeune femme.

— Oui, bien sûr que oui. On va aller au labo.

            Le diagnostique tomba : Très nombreuse lésions internes. Organisme endommagé par l'alcool. Durée de vie approximative : deux jours.

— C'est une alcoolique, Jalen. Même sans que personne ne s'en prenne à elle, elle n'en aurait pas eu pour longtemps, déclara Lourna.

— Vous n'allez donc rien faire ? murmura-t-il, les larmes aux yeux.

— Si, je peux la sauver, indiqua Jade. Je peux tout à fait la sauver. Il me suffit de la rendre comme toi. Beaucoup moins forte, avec d'autres opérations dans le futur, mais je peux le faire. Je suis prête, j'ai le matériel et l'énergie nécessaire. Il me faudra utiliser tout ce que j'ai mis en réserve depuis dix ans, mais je peux.

— Lourna… murmura le jeune homme.

— Que voulez-vous que nous fassions d'une alcoolique, Jalen, très sérieusement ? J'attends pour faire opérer peut être un médecin. Je ne vais tout de même pas tout gâcher pour une fille de joie ? Elle va me servir à quoi ?

            Le visage de Jalen se décomposa lentement, il serra les poings et murmura cette fois vraiment en larmes :

— Une fois, juste une fois je vous demande un service. Des centaines de fois j'ai fait tout ce que je pouvais pour vous, des centaines, et la seule fois où je viens, impuissant, vous me repoussez…

— Je n'ai pas dit non, Jalen. Je cherche juste à savoir ce qui vous motive, soupira-t-elle. Vous voulez vraiment que Jade la sauve ?

— Je vous en sup…

            Mais Lourna était déjà contre lui, un doigt sur sa bouche.

— Jamais, ça, Jalen, jamais. C'est bien compris? Jamais. On parle, on discute, on échange, on cherche à comprendre. Mais c'est tout. Jamais, donc. Je vous apprécie, Jalen et ça, je ne le permets pas. Vous valez mieux que ça, conclut-elle en secouant la tête. Bon, tu peux la réveiller, Jade ?

— Heu oui, je pense que oui…

— Elle sera lucide ?

— Je peux faire en sorte que.

— Fais-le, s'il te plait.

            Dix minutes plus tard, droguée par Jade, la femme ouvrait lentement ses yeux vert d'eau, en position assise sur le lit du laboratoire et Lournn-Go'Ha se plaça face à elle.

— Bonsoir, dit-elle doucement en anglais, Je m'appelle Lourna. Et vous-même ?

            Après un long temps d'hésitation, la rouquine répondit laborieusement :

— May.

— Bonsoir May, je vais être très directe avec vous, car j'ai très peu de temps devant moi. Vous voyez cette barre de fer que je tiens dans ma main ?

— Oui…

— Vous savez à quel point le fer est résistant ?

— Je ne vous suis pas. Et je ne me rappelle pas où je suis, Mademoiselle…

— Je vais y venir. Vous voyez la barre de fer, May ? fit Lourna en la tordant en arc de cercle, sans effort apparent. Bien. Ai-je toute votre attention ?

— Oui, murmura May, le regard fixé sur la barre de métal.

— Merci. Vous êtes alcoolique, May, vous le savez. Je n'ai pas le temps pour les mensonges, je n'ai pas le temps de jouer. Soyez franche, je vous prie.

— Oui, je bois, c'est vrai.

— Pourquoi ?

— Pour oublier le contact des hommes qui me passent toute la journée sur le corps contre deux pièces de monnaie.

— Vous avez de la famille ?

— Non.

— Pourquoi faîtes-vous ça ? Je veux dire, ce métier ?

— Pour éviter que l'on ne me frappe…

            Lournn-Go'Ha s'approcha de May à la toucher et lui montra la barre de fer une nouvelle fois.

— Touchez-la, c'est une vraie.

— Je n'en doutais pas…

— Je ne suis pas humaine, May, vous le comprenez ?

— Vu la barre de fer, fit la femme, sa tête glissant sur le côté.

— Jade ?

— Elle est vraiment mal en point.

— May, si un ange passait. Si cet ange vous donnait le choix. Le choix de guérir et d'échapper à votre vie actuelle. Ou mourir. Que choisiriez-vous ?

— Je lui demanderais où se trouve le piège…

— Je vous adore déjà… avoua Lourna. Votre loyauté, votre infaillible loyauté. Ne jamais me trahir. Voilà mon prix.

— Vous ne me ferez pas de mal par la suite ?

— Non, jamais, mais je veux votre indéfectible loyauté.

— Vous l'avez, Mademoiselle, vous l'avez, fit May en fermant doucement les yeux.

— Elle ne vous aimera peut être jamais, Jalen, alors que vous… On ne peut ni me mentir, ni me cacher quoi que ce soit, vous le savez bien, pourtant…

— Ce n'est pas grave, ce n'est pas grave du tout, déclara-t-il sincèrement.

Lournn-Go'Ha regarda encore une vingtaine de seconde le jeune homme, avant de prendre sa décision.

— Tu as mon accord, Jade. Montre-moi ce que ma petite sœur est capable de faire.

— Par contre, Lourna, hésita la jeune Atlante, elle ne pourra plus avoir d’enfant…

— Pardon ?

— Ça a toujours été un peu tabou, pour moi… Je suis modifiée, tu le sais. Pas autant néanmoins que ce que je m’apprête à faire sur elle. Et pourtant, je ne peux plus avoir d’enfant. Tu le sais très bien d’ailleurs. Les premiers mois où l’on a voyagé ensemble, tu posais ta main sur mon ventre, parfois, la nuit. Je t’avais vu faire avec la mère de Solange. Je n’ai jamais eu mes règles, vous ne pouvez pas ne pas vous en être aperçue.

— Oui, mais je n’ai jamais voulu aborder le sujet… Et quand Jalen et toi… Enfin, je n’avais plus de question à me poser… Le fait de modifier une personne la rend stérile ?

— Oui, tu chamboules complètement le corps, tu comprends. Jalen ?

— Oui, Jade. Il en est de même pour nous, je veux dire, moi et ceux qui ont étaient modifiés dans le futur. Mielle n'a pas non plus trouvé de solution. C'est plus dur pour les femmes… Mais elles sont toutes consentantes. Vous n'imposez rien, jamais, à ce niveau là. Vous respectez trop les femmes, vous comprenez, pour leur faire du mal de quelque façon que ce soit.

— Ok ok… Lourna, je sais que la question ne se pose pas, mais… Enfin… Mmmh…

— Non, Jade, ni Orlane, ni moi, ne pouvons avoir d’enfant. Je n'ai jamais été humaine. Et Orlane ne l'est plus. Et puis de toute façon, pour nous deux, ça ne changerait pas grand-chose…

— Bon ben… Alors, ta décision ?

— Dans le futur, on prendra les mesures nécessaires pour que toute personne susceptible d'être modifiée soit avertie, bien évidemment. Mais là, dans le cas précis de May… Comment te dire… Elle va mourir. Donc… On lui expliquera après. Je le ferai moi. Non Jade, ne t'inquiète pas de ça. Vous en pensez quoi, Jalen ? risqua tout de même Lourna.

— Je savais pour la stérilité avant que Jade ne vous en parle. Vous avez raison, Lourna, elle allait mourir, de toute façon.

— Le sujet est clos. Tu peux commencer, Jade.

— Ça marche en ce cas. Bon, allez… C'est parti, murmura-t-elle pour se donner du courage.

                 C'est au bout de deux petites heures qu'elle déclara, après avoir grimacé plusieurs fois, surveillant plusieurs écrans de contrôle à la fois :

— Bon, voilà ! J'ai commencé. L'anesthésie se passe bien et je suis en train de faire un bilan complet. A ce propos, Je voulais néanmoins te dire un truc…

— Oui ?

— On ne peut rien me cacher, sur un plan médical, tu t'en doute.

— Certainement, oui…

— Cette femme a été avortée au moins trois fois… Et pas dans des conditions optimales… Elle a sacrément morflée.

            Tu parlais d'une seconde chance, Lourna… D'un ange… Cette femme n'est peut être pas médecin. Peut être pas scientifique. Je ne sais pas si elle est intelligente. Ni même si elle te sera utile un jour. Mais entre tout, sa vie a dû être un enfer permanent. Tous les jours. Toutes les heures. Toutes les minutes. Que de la souffrance. Rien que de la souffrance… Jusqu'à Jalen… Jusqu'à ton autorisation…

            Alors qu'Orlane se collait à son dos, la ceinturant de ses bras, Lournn-Go'Ha murmura, fixant le visage de May de ses yeux gris, en amande :

— Sauve-la, Jade, sauve-la.

 

 

Bonjour à toutes et à tous.

La suite ? Voici qu'arrive May 2.0.

Si vous êtes tombé sur ce chapitre par hasard, pourquoi ne pas jeter un coup d'oeil au Prologue ?

Vous avez également le droit de laisser un commentaire, en bien, ou en mal :)

Alors, je sais, je sais, je sais. Quand on choisit de mettre un lien sur son blog, le mieux est de mettre un lien vers un blog qui traite sensiblement du même sujet que le sien. Comme ça, on peut espérer qu'il fasse de même, puis par effet de boule de neige, que de plus en plus de personnes passent, que l'on monnaye son blog, que l'on devienne riche, que l'on arrête de travailler... Enfin, toussa, quoi. Mais bon, ceux qui me suivent on du comprendre que je fonctionnais au coup de coeur. Le reste... Ce blog n'a pas vocation à me rendre riche, restons sérieux ^^

Alors, voilà. Je suis tombé sur ce blog complètement par hasard. Je ne vous dis pas de quoi ça parle, car je suis sûr que vous allez cliquer sur le lien :p

L'image provient de Pixabay.

Ce blog vient de dépasser les dix abonnés et un peu plus de 800 visiteurs. Un grand merci à vous tous.

Bonnes lectures à toutes et à tous. j'espère que ce chapitre vous a plu.

                                                                        Peter.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Collynne 17/03/2017 23:44

Fin intrigante que va t-il se passer?

Peter Dussoni 19/03/2017 08:52

Bonjour Collynne.
Je vous taquine. Enfin, un peu :)
Je ne vais pas tout dévoiler :)
Néanmoins, pour beaucoup de femmes, passer une vie sans enfant est compliqué. Ce livre est assez long. c'est une genèse. On peut imaginer qu'au fil des siècles, une solution pour combattre l'infertilité soit trouvée :)
Mais elle va bien rejoindre les rangs de Lournn-Go'Ha, oui :)
Bonne journée ;)

TiphaineLUE 18/03/2017 19:43

Ben vous avez dis qu'elle pouvait pas avoir d'enfants, c'est pas logique alors.

Peter Dussoni 18/03/2017 08:48

Bonjour Collynne.
Alors, May va être modifiée. Elle va se marier, avoir des enfants, un travail stable, une belle famille sympa... (Ou pas :p)
Merci d'être passée, c'est sympa :)
Bonne journée :)