Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Orichalque, un roman de Peter Dussoni.

Fragile inspiration... Ou comment ne pas la perdre...

Fragile inspiration... Ou comment ne pas la perdre...

             L'inspiration, et comment la coucher sur le papier… Vaste sujet.  La plupart d'entre vous écrivez. Que ce soit des nouvelles, un roman, des essais, ou tout simplement un article pour votre blog, même s'il traite de choses complètements différentes de celles que je viens de citer. Vous écrivez.

          Alors, comment vous vient-elle, cette fameuse inspiration ? Comment faites-vous pour ne pas l'oublier, la perdre ? Quand surgit-elle ? Avez-vous un moyen de la provoquer ?

            Pas si simple. Nous connaissons tous, je pense, le syndrome de la page blanche, la fameuse… Figé devant notre écran, et rien, absolument rien, qui viennent. Dans ces cas-là, le mieux est d'éteindre le PC et de passer à autre chose, en attendant d'être plus productif.

             Dans mon, cas, généralement, mon inspiration vient de… La musique… Et oui… Bon, je sais que beaucoup de personne ne peuvent se concentrer pour écrire, que dans le calme absolu. Eh bien moi, mon inspiration me vient en écoutant la radio, un cd, un MP3… Parfois, en roulant, un morceau de musique provoque quelque chose en moi, Je visualise une scène, un dialogue. Quand ça arrive, soit c'est vraiment concret, et je suspends (quand je peux, hein), ce que je suis en train de faire pour tout noter sur un calepin, soit je "Shazam" le titre de la chanson dans le cas où elle passe à la radio. Soit pour être sûr de ne pas l'oublier, soit pour connaitre son auteur et son titre. Et le soir, devant mon pc, je relance ces fameux morceaux de musique qui inspire quelque chose en moi, et j'écris…

         Je ne vous parlerai pas du premier morceau, celui qui a tout provoqué, vous vous moqueriez de moi : p.

         Mais c'est comme ça, et, au fil des pages, des chapitres, les morceaux à écouter change, je passe à d'autre. Parfois, mais rarement, je réécoute un ancien titre. J'écris très très rarement en silence. (En ce moment, c'est "The night", d'Avicii : p)

         Je me rappelle avoir décrit le passage où Jade offre son cadeau de mariage à Lournn-Go'Ha et Orlane (Oui, elles finiront par se marier : p) en écoutant le refrain de "Runaway", de Galantis… Je vous laisse imaginer le cadeau… : p

         Beaucoup de passages du tout début du livre ont été eux écrit en écoutant et regardant le clip de "Howl at the moon" de Stadium Taylr renée…

         Pour ne pas oublier une phrase à laquelle je pense, un événement, un passage, je note donc le plus vite possible l'idée sur un petit carnet.

         Je me souviens d'une fois, en sortant de la voiture avec ma femme, pour aller faire un petit peu de Géocaching. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai eu une illumination. J'avais enfin le chapitre charnière entre deux époques. J'avais deux phrases en tête. Pas plus, mais je les avait trouvé parfaites. Ma femme ayant l'habitude, elle a simplement sourit en me voyant retourner à la voiture chercher un stylo, tout en sortant mon calepin. Car, je ne sais pas pour vous, mais pour moi, souvent, quand l'inspiration se manifeste, il vaut mieux la capturer rapidement, sinon… Même le soir, se rappeler exactement des mots, de l'ordre d'une phrase qui semblait parfaite, ou tout simplement d'une action, d'une anecdote à placer, ben… C'est la cata…

           Écrire par la suite, tout mettre en forme, coucher ses idées sur le papier, n'est pas forcément simple non plus. Dans mon cas, je note tout ce qui m'est passé par la tête, quitte à noircir plusieurs pages et ensuite, je trie, je modifie, j'inverse des mots, des phrases, je corrige, je remplace ce qui ne va pas… En bref, je façonne.

          J'ai parfois eu l'impression d'avoir devant moi un gros bloc de glace brut, et de le sculpter jusqu'à obtenir vraiment ce que je voulais. Parfois, sur 3 pages écrites, il n'en reste plus qu'une, condensée. Il m'est même arrivé d'écrire 7 ou 8 pages, peut être même plus, pour me rendre compte un soir que non, ça ne collait pas, ça ne correspondait pas, ça ne trouvait pas sa place, et de tout effacer… Pour repartir de zéro, ou tout du moins, du chapitre précédent.

           Il m'est également arrivé 3 ou 4 fois d'avoir une idée pour la suite, un passage qui n'avait pas encore sa place dans le roman, car pensé trop tôt, et qui ne devait arriver que beaucoup plus loin. Dans ces cas-là, j'ai écrit toute la scène tout de même, et je l'ai corrigé comme un chapitre ordinaire, avant de la placer dans un dossier, en attente. Cela m'est arrivé pour un passage sur Mielle, alors qu'elle était au soir de sa vie, et pour Jade, le jour où elle se rendit véritablement compte à quel point elle été amoureuse d'un homme, jusqu'à partir le chercher à l'autre bout du monde, défiant ouvertement ses deux sœurs et plus particulièrement celle qui lui avait tout donné, tout offert : Lournn-Go'Ha. (Spoiler ^^)

             Et oui, l'inspiration ne se contrôle pas…

Avez-vous vous aussi un carnet ? Écrivez-vous en silence ? Êtes-vous plus prolifique à une certaine heure de la journée ? Trouvez-vous l'inspiration, ou bien est-ce elle, en définitive, qui vous trouve ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nwar 06/05/2017 19:39

Un sujet bien intéressant, c'est vrai !
Nous parlons trop peu de l'inspiration, alors que tout part de là.

Personnellement, je suis incapable d'être satisfaite de mes écrits s'ils n'ont pas été menés sous l'Inspiration, la vraie ! En général, elle me vient sous le coup de la musique, d'une image, d'une photo... parfois de citations, ou de conversation que j'entends dans la journée. Elle peut jaillir subitement de beaucoup de choses, et dans ces cas là, je ne pense plus qu'à coucher mes idées sur le papier.

Je ne force jamais. Si l'inspiration ne me tombe pas dessus, je remets l'écriture à plus tard, parfois plusieurs moi. Ce qui me rend instable, mais au moins, lorsque j'écris, c'est avec un puissant plaisir. Et là ... je peux m'isoler pendant un moment.

Lire aussi. Terry Goodkind est très fort pour me donner l'envie d'avancer dans mes récits.


Au plaisir :)

Peter Dussoni 10/05/2017 21:52

Bonsoir !
Merci pour vos retours :)
La musique en partie pour vous aussi, donc.
Non, moi non plus, je ne force pas. Si ça vient, ça vient, sinon, ce n'est pas la peine d'insister. En ce moment, d’ailleurs, c'est le manque d'inspiration complet, si on excepte ce que je suis en train d'écrire pour mon fils, et que je lui remettrais a ses 18 ou 20 ans...
Bonne soirée à vous, et encore merci pour vos passages :)

Maëlle B. F. 11/03/2017 16:38

Cela dépend, un sujet m'a fait réfléchir, des personnages qui s'invitent dans ma tête (oui j'écris pour moi ^^) et après un temps de pose/pause, j'ai des paragraphes entiers qui sortent. C'est un peu pareil quand je dessine, pour mes deux mémoires de recherche aussi.

Parfois, c'est sous la douche ^^ j'ai des phrases qui me viennent et que je note ensuite.
En général, j'habite avec mon texte avant de l'écrire mais il arrive que tout vienne sans maturation préalable.

Pour l'écriture et le dessin oh oui en musique ! (pas pour le blog bien que j'écoute presque non stop de la musique ;) )

Mes rêves m'inspirent beaucoup aussi.

Maëlle B. F. 11/03/2017 16:52

Ah ah ^^ Un jour peut être ;) j'ai pas mal écrit à la fac (quand j'avais beaucoup de temps :p ) là c'est ce terrain là de création est un peu au "repos".

Peter Dussoni 11/03/2017 16:49

Bonjour Maëlle. En musique toi aussi, donc :)
Oui, sous la douche, moi aussi, c'est fréquent, d'autant plus que sous la douche, j'écoute de la musique. Mes rêves, moyennement, peut être par ce qu'il est rare que je m'en souvienne bien.
Par contre, tu as réussi à piquer ma curiosité à vif... Tu écris, pour toi ? Tu écris donc autre chose que ton blog ? Argh !!! Et tu caches ça ? C'est pas possible de te lire ? Tu ne peux pas mettre tes écris en ligne ? Ou les faire partager autrement ?
C'est sincèrement dommage que tu gardes tout ça pour toi toute seule ! Fais tourner ^^ Ne les gardes pas planqués !

Antoine DELOUHANS 06/03/2017 06:14

Bonjour Peter,
Moi, cela dépend des moments. Je peux écrire sans un bruit, plongé dans les méandres de mon esprit (la musique se fait toute seule dans ma tête ;) ou avec en fond des musiques de films, sans paroles. En ce moment, c'est la BO de The Crown ou de Penny Dreadful.
Pour ce qui est de l'inspiration,elle vient souvent grâce à des détails de la vie, ce que j'observe dans la nature, ce que peux éveiller chez moi une scène de film ou une discussion.
La page blanche, j'ai connu, surtout quand je m'imposais d'écrire, "parce qu'il fallait avancer". Maintenant, lorsque j'ai une idée, je la laisse murir. Je note l'idée générale, mais je me laisse le temps d'y penser, de l'imaginée, de me créer le film dans ma tête. Et une fois que je le sens vraiment, je commence à l'écrire vraiment.
Après, le coup d’avoir les trois phrases parfaites je connais. Sauf que c'est arrivé plusieurs fois de ne rien avoir pour noter, et après, ça ne revient pas de la même façon...

Bonne journée :)

Peter Dussoni 09/03/2017 21:00

Bonsoir Antoine.
Je viens juste de recevoir le mail d'Over blog concernant votre commentaire…
Bon, je ne suis donc pas le seul à écrire en musique ^^
Oui, la page blanche, c'était surtout moi aussi au début, quand j'ai décidé d'écrire pour essayer de changer de métier :p. Essayer a tout pris de remplir une feuille par soir… C'est la raison pour laquelle le début de mon roman est ce que j'ai le plus modifié. Au début, Jade devait mourir lors de sa confrontation avec Lourna et Orlane, on est loin du compte…
A présent, tout comme vous, ça murit plus ou moins dans ma tête, et je n'écris que quand j'en ai réellement l'envie, sans me forcer.
Bon, je suis bien content de ne pas être le seul à imaginer des phrases qui me semble parfaites, et à les perdre si je ne les notes pas tout de suite ^^ C'est rassurant !
Bonne soirée :)

TiphaineLUE 04/03/2017 19:04

Perso, je n'arrive pas à écrire dans le silence. Souvent, je commence une histoire en classe ou en perm, autrement dit, c'est tout sauf calme ! Ou alors, c'est souvent lorsque je suis à moitié endormie, ou que je fais des insomnies que tout à coup j'ai un déclic. Autant dire que je dois avoir au moins 10 débuts qui attendent leurs suites ! La musique m'aide aussi, et mes meilleures idées me viennent quand j'écoute la radio tout en lisant un livre ! Mais en fait vu que je rêve tout le temps, ça m'arrive d'avoir une idée génialissime avant de foncer dans un poteau.

TiphaineLUE 05/03/2017 15:35

Nan, verseau.

Peter Dussoni 04/03/2017 20:48

En classe ! Ah ben bravo ! :p
10 débuts d'histoires qui attendent leur suite, ce doit être le cas de beaucoup d'entre nous. Le plus difficile étant de s'accrocher à un fil conducteur, et de le suivre.
Vous rêvez tout le temps ? Seriez-vous cancer ? :p